TED NUGENT – Ted Nugent (1975) (hard rock)

3 janvier 2016

Albums cultes

16511859169_3afe8d7e1b_o

 

Ted Nugent est l’américain dans toute sa splendeur. Pur patriote, défenseur du droit de port d’arme (faisant même partie de la fameuse GOA, Guns owners of America), favorable à la peine de mort, adepte de la chasse ainsi que de la légitime défense, le gendre idéal en somme, de vouloir une société propre, sans pardon à la moindre faute. On ne peut pas plaire à tout le monde…

Toujours est il qu’en tant que guitariste et compositeur, pour peu que l’on soit fan de hard rock, on ne peut qu’adhérer. Ici, pas de titre d’album, mais son tout premier opus. Tout en sobriété, sauf musicalement parlant. D’ailleurs, quoi de mieux pour commencer un chef d’oeuvre que de débuter avec une chanson absolument hors norme ? Effectivement ce disque commence avec la chanson « stranglehold ». Une perle, un morceau intemporel, sublime, bourré de talent, 8mn23 de pur bonheur ! Dès le début de cette oeuvre on nous permet de voir à quel point le Nuge (Ted Nugent) est un virtuose mais également excellent chanteur. Des changements de rythme incessants, un feeling monumental, bien aidé par une basse omniprésente et hypnotique ainsi qu’une batterie certes linéaire dans son rythme mais talentueuse. Une introduction juste parfaite. Mais du coup, une question nous vient à l’esprit, la suite va t elle être d’un niveau similaire ou non ? Alors c’est moins progressif dans l’esprit, un hard rock bien plus direct, avec des influences blues discrètes mais présentes. Un ensemble d’excellente facture, toujours autant au sommet techniquement parlant. Le batteur très linéaire sur « stranglehold » a cette fois ci la possibilité d’exprimer tout son talent.

bref, un album parfait. Un disque qui respire les USA, les harley davidson, le blues, le rock, le jack daniel’s, bref, toute cette culture américaine. Et qui de mieux pour incarner tout ça à part le Nuge ? Un premier disque exceptionnel, que tout amateur de hard rock US se doit de posséder. A noter que si vous posséder la version remasterisée, ou que vous vous la procureriez, vous pourrez voir qu’un certain Bruce Dickinson était aux manettes. Le Bruce des Iron Maiden ? Pas du tout, il s’agit d’une parfaite homonymie. Dommage, cela aurait énorme…

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Culture Coréenne |
Angelhaze |
Lamezzanine |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Yourmusique
| La Ménestrandie
| Infinite Sounds